Maman, travailleuse et consommatrice avertie!

Billet écrit par Annie Lavigne, directrice des Directrice Ressources humaines et développement des talents chez Meubles South Shore et maman de 2 enfants.

Maman, travailleuse et consommatrice avertie : ouf! Quatre petits mots, et je sens tout mon esprit aux aguets. C’est normal : pour combiner toutes ces fonctions, ça demande plusieurs compétences! Chez Meubles South Shore, l’équipe des ressources humaines et moi avons, dans les dernières années, établi des profils de compétences pour chaque poste dans l’organisation. Eh bien, laissez-moi vous dire que la liste de celles qui se trouveraient dans le profil combiné d’une maman-travailleuse-consommatrice avertie serait I-N-T-E-R-M-I-N-A-B-L-E!

  • Focus clients (être à l’écoute de nos enfants, de nos collègues)
  • Gestion de la performance (faire les bons choix pour notre famille et dans nos achats)
  • Sens de l’organisation et de la planification (ai-je vraiment besoin d’expliquer?)
  • Jugement et prise de décisions (quotidiennement)
  • Travail d’équipe (être capable d’aller chercher les ressources dans notre entourage)
  • Créativité (pour pouvoir y arriver dans les contraintes de temps et d’argent)
  • Enthousiasme (malgré tout!)
  • Leadership (qui m’aime me suive!)
  • Capacité d’équilibre (sinon, tout le reste peut s’écrouler).

Re-ouf! On se met souvent (trop!) de pression sur les épaules afin d’exceller dans toutes ces compétences… Est-ce que mes filles mangent assez de légumes? La grande n’a pas vu l’erreur dans son devoir, elle n’aura pas 100 %! Est-ce que mon dossier sera réglé d’ici la fin de la semaine? Est-ce que je pourrais exceller encore plus dans mon poste? Est-ce que je prends la bonne décision en achetant cet habit de neige usagé? Etc.

Depuis quelque temps, j’ai personnellement choisi d’arrêter de m’en faire avec tout ça. Que je n’excellerai jamais assez dans toutes les compétences de toute façon. Je connais mes forces (et mes nombreuses faiblesses), et je suis zen. De plus en plus, tout est toujours axé sur la performance, les objectifs, les évaluations, les résultats, les plans d’action pour redresser les situations, mais je choisis plutôt de toujours faire de mon mieux, en y mettant mon cœur. Mais alors là, pas à moitié, pas des petites miettes ici et là, la totale!

Marlène, qui travaille dans mon équipe, a une affiche qu’elle traine depuis des années à son bureau. C’est une simple feuille blanche sur laquelle elle a inscrit « Maudit qu’on travaille bien! ». Ça lui rappelle tous les jours (ainsi qu’à ses collègues) que peu importe ce qu’il arrive, on doit demeurer fier de nous, tant que notre intention est bonne. C’est simple, mais très efficace, et je tâche de la garder en tête tous les jours.

À la maison, non, je ne corrige pas les devoirs de ma grande. Elle n’a pas besoin d’avoir 100 %, d’être la meilleure, la plus minutieuse, la plus appliquée ou la plus concentrée. J’essaie plutôt de lui faire découvrir ce qu’elle aime afin qu’elle y mette du cœur et qu’elle puisse ainsi développer, en conséquence, les compétences requises par ces champs d’intérêt.  Pour le reste, je lâche prise. On ne mange pas toutes nos portions de légumes, de fibres nécessaires, d’oméga-3-6-22 et autres graines de chia antioxydantes. Ben coudonc!

On n’a pas de tablette, de télévision 72 pouces, de voiture de l’année et beaucoup d’autres objets à la mode. On achète des choses pratiques, fonctionnelles pour nous faire sauver du temps, pas trop dispendieuses. Si je vous invite à la maison, il est possible qu’il y ait des jouets qui trainent, de la poussière dans les coins et que j’aie acheté un gâteau à l’épicerie au lieu de le cuisiner (et que je ne m’en excuse même pas!). Mais je ne m’en ferai pas avec ça, et on va passer un beau moment ensemble.

Je dis souvent qu’à ce stade-ci de ma vie, je suis maman 24 h/24 et directrice des ressources humaines 24 h/24. Il n’y a pas d’horaire, ni pour un, ni pour l’autre. Ça ne me donne pas le vertige de penser comme ça, ça représente mon état d’esprit, ma passion pour les 2 sphères de ma vie et l’importance qu’elles prennent actuellement. Quand ça me donnera le vertige, ça voudra dire que je ne serai plus à la bonne place et que je devrai trouver un nouvel équilibre.

Pour l’instant, je suis tranquille. Écrire ceci me donne une idée : peut-être devrais-je penser à avoir un petit troisième? (Mais comment pourrais-je lui donner assez de temps? La garderie, ça coûte cher! Je ne serais pas au bureau pour une autre longue période… Les bébés sont souvent malades, ça me fend le cœur!) Ok, non : pas assez zen pour un troisième! ;-)

Be Sociable, Share!

Laissez votre commentaire


(obligatoire)